Bandeau
RCT Association
Slogan du site

Le Rugby Club Toulonnais (RCT) est une association déclarée, créée le 3 juin 1908 par la fusion de l’Etoile Sportive Toulonnaise et le Racing Club.
La durée du Rugby Club Toulonnais Association est illimitée.
Le siège social du RCT Association est fixé au Stade Mayol Avenue de la République, a Toulon.
Le RCT association est une association membre de la Fédération Française de Rugby (FFR).
Elle a pour objet de développer, de promouvoir la pratique du rugby et de créer entre tous ses membres des liens d’amitié et de solidarité. Il s’agit notamment d’assurer la gestion de toutes les activités liées au Rugby amateur et d’assurer l’administration, la gestion et la formation des équipes composées de sportifs munis de licences amateurs sous l’affiliation de la FFR, et n’évoluant pas dans le secteur professionnel.

En parallèle avec l’association, il y a la SASP (Société Anonyme Sportive Professionnelle) créée par l’association pour gérer l’équipe première (professionnelle).

Le Rugby Club Toulonnais Association est un club formateur avec l’école de rugby qui accueille des jeunes de 5 à 15 ans.

Le RCT Association contribue à la construction humaine des jeunes joueurs dans le respect des règles du rugby et des valeurs du club, le respect de l’autre et de soi-même.

« Ce qui m’anime depuis que j’ai posé mes valises en France en provenance de ma Côte d’Ivoire natale, c’est la camaraderie, le vivre ensemble » Thierry Dusautoir
Article mis en ligne le 18 janvier 2015
logo imprimer

Thierry Dusautoir est un homme de peu de mots qui n’aime surtout pas parler pour ne rien dire. Face à l’attaque sanglante perpétrée contre le journal satirique Charlie Hebdo, le capitaine de Toulouse et du XV de France a trouvé les mots justes dans un article du Huffington Post
Je partage avec lui ce que représente pour lui le rugby : une école de solidarité, du vivre ensemble, du respect de tous.
Alex Massari, Président du RCT Association

Je ne connaissais pas Cabu, Wolinski, Tignous, Charb. Pas plus que je ne connaissais les deux policiers abattus. Bref, je ne connaissais aucun des douze morts et des blessés de l’attentat contre Charlie Hebdo. Je n’étais pas non plus un lecteur assidu de Charlie Hebdo. J’avais bien lu ces derniers temps que le journal connaissait des difficultés financières. Alors je ne devais pas être le seul à ne pas acheter cet hebdomadaire provocateur.
Pourtant ce 7 janvier 2015 restera dans ma mémoire. Et pourtant cet acte odieux me donne envie de témoigner, de m’élever et de combattre cet obscurantisme qui fait que l’on peut mourir pour ses idées dans une rue de Paris.
Je ne suis qu’un joueur de rugby. Mais je veux dire aujourd’hui que ce qui m’anime depuis mes premières années, depuis que j’ai posé mes valises en France en provenance de ma Côte d’Ivoire natale, c’est la camaraderie, le vivre ensemble. Métis, de père blanc et français et de mère noire et ivoirienne, mes premières années de primaires m’ont vite appris que j’étais plus bronzé que les autres, que j’avais un drôle d’accent ou tantôt on roule un peu plus les r, tantôt on les avale. Que je parlais avec un ton plus chaloupé que les autres. Mais mes copains de Périgueux, ils en rigolaient avec moi. Comme on rigolait du maladroit, du grand, du gros, du timide.
La bande de Charlie avait son humour, ce n’était pas forcément toujours le mien. Il m’est même arrivé d’être choqué par certains dessins, trouvant qu’ils allaient un peu loin. Mais, au moins, ils me faisaient réagir, penser, m’interroger. Et que demander d’autre à des journalistes de plume ou de crayon-mine que de nous informer et nous faire nous interroger.
Ce qui m’effraie au lendemain de ce drame, c’est que les terroristes aussi me forcent par leur acte à penser. Ils me révoltent, me donnent envie de m’élever pour dire que mon monde ce n’est pas ça.
Dans les matches de rugby les plus rugueux, il peut nous arriver d’avoir envie de « châtier » comme disent les journalistes un adversaire parce qu’il est trop fort, parce qu’il est pénible. Mais à la fin du match, on se serre la main. On se respecte. On va au banquet ensemble. Il ne faut pas croire que les rivalités s’estompent comme par magie. Non, dans certains cas elles demeurent. Mais on se respecte.
Et les terroristes ne respectent personne. Pas même les idées qu’ils défendent. Ils agressent. Ils interpellent. Ils assassinent. Jamais une balle ne porte une idée. Elle ne fait que semer la mort.
La minute de silence sur nos terrains de rugby ce week-end, voulue par la Fédération et la Ligue, sera notre témoignage à nous. Je ne suis sans doute pas plus légitime que d’autres pour prendre la parole aujourd’hui. Mais en tant que capitaine de l’équipe de France de rugby, en tant que personnage public, je veux dire que demain je continuerai à défendre la différence et me battre pour que nous vivions bien ensemble.
Je suis Charlie

Les rencontres

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

Pas d'évènements à venir


pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce



2014-2017 © RCT Association - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53